King Coal

Utilisé dans les visuels live de Progress

 

Description :

King Coal (le roi charbon) est réveillé de son royaume sous-terrain pour voir les usines et foyers de la Grande-Bretagne qui font appel pour avoir plus de charbon. Il s’assure qu’ils en aient.

Sorti un an après le lancement en 1947 du National Coal Board, ce court film d’animation fonctionne comme film de recrutement et œuvre générale de propagande pour l’industrie minière. Le personnage de comptine de “Old King Cole” devient King Coal, qui est réveillé des profondeur de la terre par le cri pour du combustible pour les foyers et les usines. Une fois à la surface, il enjambe fièrement le cœur de la Grande-Bretagne pour agir comme un guide pour l’industrie. Le film passe habilement de ses débuts de fantaisie à des environnements plus réalistes, avec “les trois violonistes” se transformant en mineurs. Il y a une poussée directionnelle quasi-constante de la gauche vers la droite dans la deuxième moitié du film, donnant une impression de mouvement et de progrès. Les gens avancent dans les mines à pieds ou sur des machines, et puis sont récompensés par leur liberté, représentée par des loisirs comme le jardinage et le football, plutôt que la fortune.

Le film a été produit par Jules Pinschewer, qui même en 1948 avait presque 40 ans d’expérience de production de tels films d’animation de propagande. Après avoir rempli des brevets de “panneaux d’affichage vivants” à la fois à Berlin et Londres en 1910, Pinschewer a monté sa propre société de production en Allemagne en 1911. Tout en réalisant ses propres films, il a bâti sa réputation en recrutant les services d’animateurs visionnaires tels que Lotte Reiniger et Walther Ruthmann. Les origines juives de Pinschewer et sa réputation avant-gardiste l’ont poussé à quitter l’Allemagne durant la montée au pouvoir de Hitler et il s’est installé à Berne, devenant citoyen suisse en 1948. La branche britannique de sa société a été établie en 1946 et a produit d’autres films pour le gouvernement britannique sur les économies nationales, tels que Willie Does His Stuff (1948).

King Coal marque l’héritage européen de Pinschewer par ses forts motifs artistiques : l’utilisation fréquente de silhouettes ; les cercles concentriques récurrents ; et le mélange de matériaux dans la coloration, de forts blocs d’encre à des nuances de pastel, rendus très joliment en Technicolor.

Jez Stewart

Source : screenonline.org.uk/film/id/1370013

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *