La Conquête de l’Everest [Film]

Samplé sur Everest

Description :

La Conquête de l’Everest (The Conquest of Everest) est un film documentaire britannique réalisé par George Lowe en 1953. Ce film raconte l’histoire de la première expédition ayant réussi à vaincre le plus haut sommet du monde.

Le , Edmund Hillary et le sherpa Tensing Norgay parviennent à atteindre le sommet de l’Everest. Depuis la première tentative d’ascension en 1921, aucune expédition n’était parvenue à réaliser cet exploit.

Le film a été nommé pour l’Oscar du meilleur film documentaire et a remporté le British Academy Film Award du meilleur film documentaire.

L’expédition de 1953 était la neuvième à tenter la première ascension du Mont Everest, et la première confirmée à avoir réussi quand Edmund Hillary et Tensing Norgay ont atteint le sommet le vendredi 29 mai 1953. Sous la direction du Colonel John Hunt, elle a été organisée et financée par le Joint Himalayan Committee. La nouvelle du succès de l’expédition a atteint Londres à temps pour paraître le matin du couronnement de la Reine Elizabeth II, le 2 juin.

John Hunt, colonel de l’armée britannique, était dans l’équipe du Grand Quartier général des puissances alliées en Europe quand, à sa surprise, il a été invité par le Joint Himalayan Committee du Alpine Club et de la Royal Geographical Society à mener l’expédition britannique de l’Everest de 1953. Eric Shipton était attendu par beaucoup comme meneur, ayant dirigé la tentative britannique sans succès sur Cho Oyu l’année précédente, dont la plupart des grimpeurs avaient été tirés. Cependant, le Committee avait décidé que l’expérience de Hunt en qualité de dirigeant militaire, avec sa qualification en tant que grimpeur, fourniraient la meilleure chance de succès. Les Britanniques se sentaient sous pression particulière, comme les Français venaient de recevoir la permission de monter une expédition similaire en 1954, et les Suisses une autre en 1955, ce qui voulait dire que les Britanniques n’auront pas d’autre chance pour l’Everest avant 1956 ou même plus tard. Comme Shipton l’a écrit dans une déclaration sur sa position présentée au Committee le 28 juillet 1952 : “Mon aversion bien connue des grandes expéditions et mon horreur de l’élément compétitif dans l’alpinisme pourrait sembler ne pas être à sa place dans la situation présente”. Cette déclaration, selon George Band, “a scellé son sort”.

Plusieurs membres de l’expédition britannique étaient fortement fidèles à Shipton et étaient mécontents qu’il avait été remplacé. Charles Evans, par exemple, a déclaré : “On a dit que Shipton n’avait pas l’instinct de tueur – ce n’est pas mauvais pour moi”. Edmund Hillary figurait parmi ceux les plus opposés au changement, mais il a été convaincu par la personnalité de Hunt et par son aveu que le changement avait été mal géré. George Band se souvient du membre du Committee Larry Kirwan, directeur/secrétaire de la Royal Geographical Society, disant que “ils avaient pris la bonne décision mais de la pire manière possible”.

Hunt a plus tard écrit que le Joint Himalayan Committee avait trouvé la tâche de lever des fonds pour l’expédition difficile :

“L’une des principales tâches du Joint Himalayan Committee en plus de celles de concevoir l’idée d’une expédition en Everest, chercher les autorisations politiques, décider la politique de préparation, est de la financer. Seuls ceux qui ont cette tâche peuvent apprécier complètement le travail et l’angoisse de lever des fonds très substantiels pour une entreprise de cette nature, colorée comme ce l’est inévitablement dans l’esprit du public par une succession d’échecs, avec aucune sécurité financière autre que les poches des membres du Committee eux-mêmes.

Le groupe est parti pour le Népal de Tilbury dans l’Essex en Angleterre sur le S.S. Stratheden en direction de Bombay le 12 février, à part Tom Bourdillon, le Dr Griffith Pugh et Hunt qui souffrait d’une infection de l’antre. Evans et Alfred Gregory ont pris l’avion pour Katmandou le 20 février, comme équipe de reconnaissance. Hillary et Lowe ont approché le Népal à partir de la Nouvelle Zélande, Lowe par la mer et Hillary par l’air, étant donné que ses “abeilles étaient occupées à ce moment de l’année”. Bien que voyager par mer était moins cher, Hunt a déclaré que la raison principale pour laquelle cela a été préféré à un vol était “la meilleure chance que la vie sur un bateau nous fournirait de nous transformer en équipe dans des conditions idéales, accompagnés d’aucun inconfort, d’aucune urgence ni de stress”.

À Katmandou, le groupe a été pris en charge par l’Ambassadeur britannique, Christopher Summerhayes, qui, dans les termes de Band, “a arrangé le logement pour nous tous avec toute l’équipe de l’Ambassade”, comme il n’y avait aucun hôtel à Katmandou à l’époque. Début mars, vingt Sherpas, qui avaient été choisis par le Himalayan Club, sont arrivés à Katmandou pour aider à porter des charges au Western Cwm et au Col Sud. Ils étaient menés par leur Sirdar, Tensing Norgay, qui tentait l’Everest pour la sixième fois et était, selon Band, le “grimpeur et alpiniste Sherpa le plus connu vivant au monde”. Bien qu’on ait offert à Tensing un lit à l’Ambassade, le reste des Sherpas devaient dormir par terre dans le garage de l’Ambassade ; ils ont uriné devant l’Ambassade le lendemain pour protester contre le manque de respect qu’on leur avait marqué. Le premier groupe, avec 150 porteurs, a quitté Katmandou pour le Mont Everest le 10 mars, suivi par le deuxième groupe et 200 porteurs le 11 mars. Ils ont atteint Tengboche les 26 et 27 mars respectivement, et entre le 26 mars et le 17 avril se sont lancés dans acclimatation de l’altitude.

“L’équipe de la cascade de glace” a atteint le camp de base à 5500 m le 12 avril 1953. Quelques jours ont ensuite été pris, comme prévu, pour établir une route au travers de la Khumbu Icefall, et une fois qu’elle a été ouverte, des équipes de Sherpas ont déplacé des tonnes de provisions vers la Base.

Une série de camps avancés ont été créés, grimpant lentement le long de la montagne. Le camp 2 à 5900 m a été établi par Hillary, Band et Lowe le 15 avril, le camp 3 au somment de la cascade de glace à 6200 m le 22 avril et le camp 4 par Hunt, Bourdillon et Evans le 1er mai. Ces trois ont fait une reconnaissance préliminaire sur la face du Lhotse le 2 mai, et le camp 5 à 6700 m a été établi le 3 mai. Le 4 mai, Bourdillon et Evans, soutenu par Ward et Wylie, ont atteint le camp 6 à 7000 m sur la face du Lhotse, et moins de quinze jours plus tard le 17 mai, Wilfrid Noyce et Lowe ont établi le camp 7 à 7300 m le 21 mai, Noyce et le Sherpa Annullu (frère cadet de Da Tensing) avaient atteint le col sud, juste sous les les 7900 m. Le premier des deux duos de grimpeurs sélectionnés auparavant par Hunt, Tom Bourdillon et Charles Evans, s’est mis en route pour le sommet le 26 mai utilisant de l’oxygène en circuit fermé et a atteint avec succès la première ascension du sommet sud à 8750 m, s’arrêtant à 100 m  du sommet final. Ils ont été forcés à rebrousser chemin par épuisement, vaincus par des problèmes avec l’équipement d’oxygène et le manque de temps. Le 27 mai, l’expédition a fait son deuxième et dernier assaut au sommet avec le deuxième duo de grimpeurs, le Néo-Zélandais Edmund Hillary et le Sherpa Tensing Norgay du Népal. Norgay avait auparavant atteint un record sur l’Everest comme membre de l’expédition suisse de 1952. Ils ont atteint le sommet à 11h30 le 29 mai 1953, grimpant l’itinéraire du col sud. Avant de descendre, ils se sont arrêtés assez longtemps pour prendre des photos et enterrer des bonbons et une petite croix dans la neige.

“Eh bien, George, on se l’est fait le salaud !”

– Edmund Hillary, premiers mots à son ami de longue date George Lowe après son retour du sommet du Mont Everest.

James Morris, correspondant sur place pour le journal The Times, a entendu la nouvelle au camp de base le 30 mai et a envoyé un message codé par coursier à Namche Bazar où un télégraphe a été utilisé pour le transmettre sous forme de télégramme à l’ambassade britannique à Katmandou. La conquête de l’Everest était probablement la dernière grande nouvelle livrée au monde par coursier. Le message codé de Morris à son journal disait : “Conditions neigeuses mauvaises stop base avancée abandonnée hier stop attend améliorations”. “Conditions neigeuses mauvaises” était le code pour signifier que le sommet avait été atteint, tandis que “Base avancée abandonnée” se référait à Hillary (l’expression de Evans était “Camp de crête intenable” et “Assaut reporté” celle de Westmacott. Il a été reçu et compris à Londres à temps pour que la nouvelle sorte, par heureuse coïncidence, le matin du couronnement de la Reine Elizabeth II le 2 juin.

Retournant à Katmandou quelques jours plus tard, l’expédition a appris que Hillary et Hunt avaient déjà été nommés chevaliers de l’Ordre de l’Empire Britannique pour leurs efforts. Le 22 juin, le gouvernement du Népal a donné une réception pour les membres de l’expédition durant laquelle la reine senior du pays a présenté à Tensing une bourse de 10 000 roupies, équivalent de 500 £ de l’époque. Hillary et Hunt ont reçu des kukris dans des fourreaux couverts de bijoux, tandis que les autres membres ont reçu des coffrets recouverts de bijoux. Le même jour, le gouvernement indien a annoncé la création d’une nouvelle médaille d’or, récompense pour chevalerie civile façonnée sur le modèle de la George Medal, dont Hunt, Hillary et Tensing seraient les premiers récipiendaires. Le 7 juin, il a été annoncé que la Reine Elizabeth II souhaitait reconnaître l’exploit de Tensing, et le 1er juillet, le 10 Downing Street a annoncé qu’après consultation avec les gouvernements indiens et népalais, la Reine avait approuvé la remise de la George Medal à lui. Certains commentateurs ont vu cet honneur moindre comme une réflexion de la “bigoterie méchante” de l’establishment britannique de l’époque. Hunt a reçu son titre de chevalier en juillet 1953, à son retour à Londres.

D’autres honneurs ont continué à descendre sur les membres de l’expédition : la Hubbard Medal de la National Geographic Society, qui n’a jamais été décernée à une équipe, bien que des médailles individuelles ont été frappées en bronze pour Hunt, Hillary et Tensing ; la Cullum Geographical Medal de la American Geographical Society, la Founder’s Medal de la Royal Geographical Society ; la Lawrence Medal de la Royal Central Asian Society ; et des diplômes honoraires des universités de Aberdeen, Durham et Londres. Dans la promotion du nouvel an de 1954, George Lowe a été nommé Commandeur de l’Ordre de l’Empire Britannique pour avoir participé à l’expédition.

Bien que Hillary et Tensing représentaient leur triomphe comme appartenant à un effort d’équipe par toute l’expédition, il y a eu une intense spéculation quant à lequel des deux hommes avait en fait été le premier à poser le pied sur le sommet de l’Everest. À Katmandou, une grande bannière représentait Tensing tirant un Hillary “semi-conscient” au sommet. Tensing a finalement arrêté la spéculation en révélant que Hillary avait été le premier sur le sommet. Après cela Hillary a lui-même écrit qu’après son ascension du Hillary Step de 12 m, juste en dessous du sommet :

“J’ai continué, creusant sans interruption et surmontant bosse après bosse et corniche après corniche regardant le sommet avec impatience. Il semblait impossible d’y arriver et le temps commençait à manquer. Finalement, j’ai creusé derrière un gros tas et puis grâce à une corde serrée de Tensing, j’ai grimpé une douce crête enneigée jusqu’à son sommet. Il était immédiatement évident que nous avions atteint notre objectif. Il était 11h30 et nous étions au sommet de l’Everest !”

Shipton a commenté l’ascension à succès : “Dieu merci. Nous pouvons maintenant passer à du véritable alpinisme”.

Les participants à l’expédition ont été sélectionnés pour leurs qualifications d’alpinistes et également pour leur expertise pour fournir de nombreux autres talents et assistance nécessaire. L’impact de Griffith Pugh est souvent négligé. Il a amélioré des activités telles que l’hydratation et la prise d’oxygène et a permis des efforts d’alpinisme maintenus. Ses idées ont révolutionné pratiquement tous les aspects de l’alpinisme de haute altitude britannique, transformant l’attitude des grimpeurs envers l’oxygène, les vêtements qu’ils portaient, leur équipement, leur prise de fluide et leur acclimatation. Tandis que la plupart venaient du Royaume-Uni, ils étaient également sélectionnés d’autres pays de l’Empire britannique et le Commonwealth. Le chef d’expédition, Hunt, était né en Inde.

Les alpinistes étaient accompagnés par Jan Morris (connu à l’époque sous le nom de James Morris), correspondant au journal The Times de Londres, et par 362 porteurs, ainsi l’expédition à la fin comprenait plus de 400 hommes, dont 20 guides Sherpas du Tibet et du Népal, avec un poids total de 4 tonnes et demies de bagage.

Source : Wikipedia en anglais

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *