Le Blitz

Thème principal du War Room EP

Blitz

Le Blitz (terme allemand signifiant “éclair”) est la campagne de bombardements stratégiques durant la Seconde Guerre mondiale menée par la Luftwaffe, l’aviation allemande, contre le Royaume-Uni du 7 septembre 1940 au 21 mai 1941. Il s’agit de l’opération la plus connue de la bataille d’Angleterre. À ne pas confondre avec le Blitzkrieg, guerre éclair.

Elle a touché principalement Londres mais également Coventry, Plymouth, Birmingham et Liverpool, et aussi les villes historiques de Cantorbéry et Exeter et la station balnéaire de Great Yarmouth.

14 621 civils ont été tués et 20 292 blessés selon des chiffres officiels. Près de 3,75 millions de Britanniques ont évacué Londres et les principales villes.

Le Blitz commence le 7 septembre quand une armada de 320 bombardiers escortée par 600 chasseurs bombardent Londres, faisant environ 500 morts et 1137 blessés graves. Le palais de Buckingham est touché le 11 septembre. Le 10 octobre la cathédrale Saint-Paul de Londres, est touchée par une bombe. L’église devient alors l’un des symboles de la résistance anglaise. Le 14-15 novembre : opération Sonate au clair de lune, bombardement de Coventry avec la première Tempête de feu. La Chambre des communes est touchée le 8 décembre. Les attaques principales sur Manchester ont lieu les 22, 23 et 24 décembre. Le 29 décembre des bombes incendiaires ravagent Londres. Le 13 mars a lieu le bombardement de Clydeside, près de Glasgow fait 528 morts. En représailles, la RAF bombarde Berlin le 9 avril. Il y a ensuite 5 nuits de bombardements consécutifs sur Plymouth du 21 avril au 25 avril. Une semaine de raid sur Liverpool du 1er au 7 mai. Un important raid sur Londres a lieu le 10 mai. Le 21 mai c’est le dernier raid sur Birmingham qui marque la fin du Blitz.

L’attaque des centres de productions industriels incluant des populations civiles dans un cadre de destruction stratégique est reprise par les Alliés sur une échelle bien supérieure.

En juillet 1940, après la fin de la bataille de France, alors qu’une grande partie de l’Europe est sous occupation allemande, Hitler a proposé aux Britanniques une paix de compromis avec l’Allemagne et de nouvelles négociations. Churchill a refusé, tout en sachant que le Royaume-Uni serait la prochaine cible. L’armée de terre allemande et la Luftwaffe n’avaient fait qu’une bouchée de la Pologne avant de concentrer leur attention sur le nord et l’ouest. La campagne menée par les Britanniques en Norvège avait échoué, tandis que leur Force expéditionnaire avait essuyé une cuisante défaite en France. Hitler décide d’envahir le Royaume-Uni, mais il sait que pour ce faire il doit avoir la suprématie du ciel et donc anéantir la Royal Air Force.

Il y avait d’un côté le maréchal de l’Air, sir Hugh Dowding, commandant les avions de chasse du Fighter Command de la RAF ; et de l’autre Hermann Göring, chef de la Luftwaffe, l’aviation de combat allemande, et les maréchaux Albert Kesselring et Hugo Sperrle, qui commandaient les 2ème et 3ème flottes aériennes. Les Britanniques ont engagé 55 escadrons du Fighter Command, soit 850 chasseurs (Spitfire et Hurricane), et 3 080 pilotes. Les Allemands disposaient de 1 000 chasseurs, de 1 200 bombardiers (Junkers Ju 88, Dornier Do 17 et Heinkel He 111), de 280 bombardiers en piqué (Stukas), et de 375 chasseurs-bombardiers (Messerschmitt bf 109 ou 110), soit 10 000 hommes d’équipage. La première bataille de l’histoire entièrement livrée dans les airs, s’est déroulé du 10 juillet au 31 octobre 1940.

Le , la grande offensive allemande, qui devait être décisive (le nom de code de l’opération était Adlertag, le Jour de l’aigle), a été lancée dans l’après-midi. La Luftwaffe, commandée par Göring, a effectué 1 000 sorties de chasse et 485 sorties de bombardement. Elle a perdu 45 bombardiers et chasseurs, tandis que les Britanniques ont perdu 13 chasseurs.

Le 14, le temps qui se dégradait (il était déjà mauvais le 13) a obligé les Allemands à n’engager que le tiers des flottes de Kesselring et de Sperrle qui avaient été utilisées la veille. Le 15, la 5ème flotte du général Stumpff, qui était stationnée au Danemark et en Norvège, est venue aider les autres flottes ; il a engagé tous ses chasseurs et la moitié de ses bombardiers, soit au total 1 000 appareils. La RAF a dû repousser au cours de cette journée 5 attaques successives. 75 appareils allemands ont été détruits et 35 chasseurs britanniques abattus.

Le 16 et le 17, les attaques se sont poursuivies, mais n’ont eu aucun résultat. Du 18 au 23, les opérations ont dues être suspendues à cause du mauvais temps. En 10 jours, une centaine d’appareils britanniques avaient été détruits, contre 100 chasseurs et 400 bombardiers pour les Allemands. De plus, ces derniers avaient dû renoncer à l’emploi des Stukas trop vulnérables, et des Me-110, trop lents.

Le 24, Göring a lancé sa seconde offensive. Les raids ont été concentrés sur les pistes d’envol, les hangars, les stations radar, les centres de contrôle aérien, et les usines d’aviation britanniques. Pendant 14 jours, c’est-à-dire jusqu’au 6 septembre, la RAF a effectué en moyenne plus de 700 sorties quotidiennes, étant constamment en état d’alerte. Les Britanniques ont perdu 295 chasseurs et 171 autres ont été gravement endommagés, tandis que la Lutwaffe a perdu 530 appareils. Début septembre, la RAF a commencé à manquer de pilotes et d’appareils.

Le 24 août 1940 s’est produit un événement qui a changé le cours de la bataille. Un bombardier Heinkel He 111, croyant attaquer la raffinerie de Thameshaven, a largué ses bombes par erreur sur Londres, un objectif qui ne devait être attaqué que sur l’ordre personnel de Hitler. En représailles, dans la nuit du 25 août 1940, la RAF est parvenue à lâcher quelques bombes sur Berlin. Hitler s’est lancé dans une diatribe contre les Britanniques “S’ils bombardent nos villes, nous raserons les leurs, s’ils lâchent des centaines de bombes nous en lâcherons des milliers”. Hitler a modifié alors sa stratégie et a décidé de bombarder les villes britanniques et plus particulièrement Londres en guise de représailles.

Dès le 7 septembre, dans l’espoir d’abattre le moral ennemi, les villes britanniques ont été bombardées. Ce Blitz a frappé en premier lieu les quartiers populaires de l’East End de Londres. Le raid le plus violent a frappé Coventry dans la nuit du 14 au 15 novembre. La propagande allemande a inventé pour l’occasion le néologisme “coventryser” (coventrisieren) pour exprimer l’idée d’une destruction totale. Le Blitz s’est poursuit jusqu’en mai 1941, ce qui a permis à la RAF, vu la concentration des objectifs sur les grandes villes, de se “refaire une santé” : les avions et les hommes n’ayant plus qu’à attendre chaque vague sur le chemin des villes, puis au retour, de pourchasser les bombardiers, tandis que la DCA prenait le relais sur zone.

Du 15 septembre et jusqu’au 10 mai 1941, pour échapper à la défense britannique, les bombardiers allemands intervenaient systématiquement de nuit, par vagues de 150 à 200 appareils à chaque fois. Les bombardements ont fait un total de 50 000 morts chez les civils. Devant l’incapacité de vaincre la chasse adverse et la destruction quotidienne des barges de débarquement dans les ports de la Manche, Adolf Hitler a reconnu son échec et a renoncé le 12 octobre à son projet d’invasion ; il a retourné alors ses armes contre l’Europe de l’Est et l’Union soviétique.

La bravoure et la détermination de tous les pilotes britanniques, canadiens, australiens, néo-zélandais, américains, français, belges et de bien d’autres nationalités, en plus de l’erreur d’Hitler de concentrer les attaques sur les villes permirent d’empêcher l’invasion du Royaume-Uni. De plus, les pilotes alliés pouvaient compter sur l’avantage de combattre sur leur territoire. S’ils devaient se parachuter, ils étaient en quelques heures à nouveau opérationnels tandis qu’un pilote allemand était perdu.

Le réseau de radars disséminés sur toute la côte a joué également un rôle déterminant, prévenant à temps les escadrilles d’interception et en les dirigeant de manière efficace. On lui doit notamment le Jeudi Noir le  qui a vu d’énormes pertes allemandes.

Enfin, les chasseurs d’escorte allemands manquaient d’autonomie et devaient souvent abandonner les bombardiers au retour, les laissant ainsi vulnérables.

De juillet à octobre, 415 pilotes britanniques ont perdu la vie dans cet affrontement décisif. Le Premier ministre Winston Churchill a exprimé dès le 20 août la reconnaissance des Britanniques à leur égard : Jamais dans l’histoire des guerres un si grand nombre d’hommes ont dû autant à un si petit nombre”.

Source : Wikipédia France

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *