Night Mail [Film]

Samplé sur Night Mail

NightMailFilm

Description :

Night Mail est un documentaire de 1936 à propos d’un train postal du London, Midland and Scottish Railway (LMS) de Londres en Écosse, produit par la GPO Film Unit. Le film se termine par un “commentaire en vers” par W.H. Auden, écrit pour des images existantes. Benjamin Britten a écrit la musique du film. Le film a été réalisé par Harry Watt et Basil Wright, et narré par John Grierson et Stuart Legg. Le cinéaste brésilien Alberto Cavalcanti a été l’ingénieur du son. La locomotive présente dans le film était la Royal Scot 6115 Scots Guardsman, construite en 1927. Le film est devenu un classique, souvent imité dans les publicités et les courts métrages modernes. Night Mail est considéré par beaucoup comme un chef d’œuvre du mouvement du film documentaire britannique.

Le film décrit la manière dont le courrier était distribué par train dans les années 1930, se centralisant sur le train Postal Special, train consacré uniquement au transport du courrier et aucun passager, voyageant sur la grande ligne de voie ferrée de la gare de Euston à Londres à Glasgow en Écosse et jusqu’à Aberdeen en passant par Édimbourg. Des plans externes incluent de nombreux du train lui-même passant au ralenti sur les rails, certains plans aériens intéressants, avec des plans intérieurs du fourgon de tri (tournés en fait en studio).

Comme récité dans le film, le rythme du poème imite les roues du train tandis qu’elles cliquetent sur les rails, commençant lentement mais prenant de la vitesse de manière à ce qu’au moment du pénultième couplet, le narrateur est à bout de souffle. Alors que le train ralentit vers sa destination, le dernier couplet est plus posé. Les vers d’ouverture sont “This is the Night Mail crossing the border / Bringing the cheque and the postal order” (“Voici le Night Mail qui passe la frontière / Apportant le chèque et le mandat-poste”). Les droits du film ont expiré après 50 ans, mais certaines sources déclarent que le poème de W.H. Auden demeure protégé par des droits d’auteur en tant qu’œuvre écrite. La musique a été publiée pour la première fois en 2002. La musique de Britten imaginait les sons réels du train et incorporait ces sons imaginaires dans sa musique. D’une durée de plus de quinze minutes, c’est l’une des bandes originales les élaborées de Britten.

Selon la biographie de Grierson par Forsyth Hardy, “Auden a écrit le couplet à tâtons. Il a dû être coupé pour se conformer aux visuels, édité par R.Q. McNaughton, travaillant avec Cavalcanti et Wright. De nombreux vers ont été jetés, terminant en fragments froissés dans la poubelle. Certaines images verbales de Auden – les collines écossaises arrondies “bombées comme des chevaux massacrés” – étaient trop fortes pour le film, mais ce qui a été conservé a fait de Night Mail autant un film sur la solitude et la camaraderie que la collecte et la livraison de lettres. C’était cette différence qui en a fait une œuvre d’art. Night Mail était véritablement un effort de collaboration. Stuart Legg a récité le couplet, synchronisé, avec la musique de Britten, sur le rythme des roues du train. Gierson lui-même a prononcé le passage culminant touchant : “And none will hear the postman’s knock without a quickening of the heart, for who can bear to feel himself forgotten ?” (“Et personne n’entendra le facteur qui frappe à la porte sans que son cœur ne s’accélère, car qui peut supporter se sentir oublié ?”.

L’importance de Night Mail est dûe à une combinaison de son succès esthétique, commercial et nostalgique. Contrairement aux sorties précédentes du GPO, Night Mail a récolté de la reconnaissance critique et de la distribution commerciale via les Associated British Distributors (ABFD). Night Mail était également le premier film du GPO construit sur une structure narrative, technique critiquement influente dans les développement de la réalisation de documentaire. Le film a été admiré par beaucoup de critiques contemporains ainsi que par des universitaires actuels et demeure populaire au sein du public britannique. Les écoliers mémorisent souvent Night Mail de Auden, et le film est régulièrement parodié dans les publicités et les sketchs. Il a même inspiré une suite en 1986 : Night Mail II, qui raconte l’histoire du système de livraison du courrier contemporain, avec un poème narratif de Blake Morrison.

Plus généralement, le personnel du GPO et de Night Mail a contribué au développement du documentaire de part le monde. Grierson, en particulier, a été le pionnier non seulement d’une théorie hautement influente du film de “réalité”, mais a développé des structures de financement, de production et de distribution qui persistent à ce jour. Il a défendu le soutien de l’État pour le documentaire tout en avançant les mérites civiques du film d’éducation. Night Mail, l’un des premiers succès commerciaux du GPO, a servi de “preuve de concept” que ses méthodes et ses buts pouvaient avoir un succès public. Le mélange du film de but social et de forme esthétique le positionne comme film archétype du mouvement du film documentaire britannique. Pour ces raisons, le film est un élément de base du film d’éducation dans le monde.

Night Mail a été produit pour un budget modeste de 2000 £ avec une petite équipe. Basil Wright a à l’origine exposé les grandes lignes du films, et a été crédité comme l’un de ses producteurs, mais le scénario a été lourdement retravaillé par Harry Watt. Bien que crédité à l’origine comme producteur, Watt est reconnu par beaucoup comme réalisateur du film. Alberto Cavalcanti était son ingénieur du son, bien qu’il ait travaillé en étroite collaboration avec Benjamin Britten pour créer et mixer le son, le dialogue et la musique. À cause de contraintes technologiques, la majeure partie du film a été enregistré sans son (y compris le dialogue) rajouté en post-production. Les personnages à l’écran étaient tous de vrais employés postaux, mais le dialogue a été écrit par Harry Watt et Basil Wright, inspirés par des conversations qu’ils ont entendues lorsqu’ils ont été envoyés avec les équipes du Night Mail.

Bien que Night Mail ait été capté en extérieur à différents endroits de la ligne du train Postal Special de la Royal Mail, l’intérieur du wagon de tri a été filmé sur un plateau dans le studio du GPO de Londres. On a instruit aux employés/acteurs de chanceler de chaque côté pour recréer le mouvement du train. Le tournage en extérieur a été très difficile et souvent dangereux. Tourné sur du film 35mm, chaque boîte ne permettait que deux minutes de tournage. Harry Watt a travaillé avec deux caméramen en même temps, Pat Jackson et soit Jonah Jones ou Chick Fowle, ce dernier crédité pour avoir capté plusieurs séquences dramatiques en se penchant du côté du train alors qu’il voyageait à grande vitesse.

Après avoir vu un montage préliminaire du film, Grierson, Wright et Cavalcanti ont décidé que Night Mail avait besoin d’un coda pour fournir à la fois une fin et mettre en valeur la majesté du système postal. W.H. Auden et Benjamin Britten venaient d’être rajoutés au registre du personnel du GPO, et il a été décidé qu’ils devraient écrire un commentaire poétique et de la musique pour une séquence finale. Au début contre l’idée, Watt a fini par rassembler des images nouvelles et d’archives supplémentaires pour finir la fameuse séquence de fin. Auden et Watt sont tous les deux passés par de nombreux brouillons pour tente de s’accorder au rythme du train en mouvement.

Night Mail a été grandement distribué une fois fini. La London, Midland and Scottish Railway Company qui conduisait le train était pressée d’aider sa création et sa sortie afin de capitaliser sur les possibilités promotionnelles du film. Le GPO a commissionné des posters, des projections spéciales, et d’autres opportunités de publicité douce, prenant l’avantage de l’image glamour et de la popularité des films de chemin de fer pour promouvoir Night Mail. La poussée a grandement fonctionné. À la différence de la plupart des autres films du GPO, qui étaient principalement projetés dans les écoles, les compagnies professionnelles et d’autres petites salles, Night Mail a été projeté dans des cinémas commerciaux comme bande annonce avant de longs métrages populaires. De pauvres contrats pour les courts métrages documentaires, cependant, a voulu que Night Mail n’ait pas réussi à faire de bénéfices significatifs, malgré sa grande audience.

Selon Betsy McLane (2012), Night Mail avance trois arguments primaires : tout d’abord, le système postal est complexe et doit fonctionner sous les auspices d’un gouvernement national afin de prospérer. Deuxièmement, le système postal est un modèle d’efficacité moderne, et troisièmement, les employés postaux sont industrieux, jovials et professionnels. John Grierson a également articulé un désir de refléter “l’expression écossaise” et l’unité entre l’Angleterre et l’Écosse avec Night Mail. Plus généralement, Ian Aitken décrit la position de Grierson sur la fonction du documentaire comme “représentant l’inter-dépendance et l’évolution des relations sociales d’une manière dramatique et symbolique”. Il cite le portrait par Night Mail de l’importance pratique et symbolique du système postal via à la fois le réalisme humaniste et les images métaphoriques comme caractéristiques des idéaux de Grierson.

Le film utilise trois techniques opposées pour faire passer son sens. Tout d’abord, Night Mail dépeint les activités quotidiennes de l’équipe postale sur une échelle humaine, avec un langage familier et des vignettes naturalistes, comme siroter de la bière et se raconter des blagues. C’était l’approche préférée par Harry Watt qui avait été l’apprenti du cinéaste ethnographe Robert Flaherty. Deuxièmement, Night Mail utilise des techniques expressionnistes comme un fort contre-jour et la poésie lyrique de Auden pour faire passer la grande échelle de l’effort postal. Ces techniques ont été défendues par Basil Wright, adorateur du cinéma expérimental européen. Enfin, le film emploie occasionnellement la narration pour expliquer les merveilles particulières du système postal. L’exposition factuelle a été promue par John Grierson.

Night Mail bien que monté dans un style naturaliste, utilise néanmoins un puissant symbolisme lyrique. Le film expose les différences entre l’importance nationale du système postal, incarné par un voyage en train qui permet littéralement la communication d’un bout à l’autre du pays, avec les accents locaux et le comportement familier de ses équipes, démontrant qu’une grande nation est composée de ses régions et personnes humbles et essentielles. Night Mail renforce encore plus la force d’une unité nationale en juxtaposant des images de villes et de campagne, d’usines et de fermes. Le système ferroviaire technologiquement avancé, niché confortablement dans le paysage immuable, démontre que la modernité peut être britannique.

Le corps principal du film utilise une narration minimale, habituellement au présent et toujours soulignée par un son diégétique. Le commentaire secondaire sert à élaborer l’action à l’écran (“Les sacs sont fixés à la perche grâce à une pince à ressort”) ou revigore et étend le monde du film (“Six milles kilomètres par an. Cinq cent millions de lettres par an”.) Le gros de l’histoire est transmis par le dialogue et les images, cependant, laissant la poussée narrative dans les mains des travailleurs postaux.

La GPO Film Unit a été initiée par Sir Stephen Tallents quand il a été nommé premier Contrôleur des Relations Publiques du GPO en 1933. Auparavant directeur de l’Empire Marketing Board (EMB), Tallents est devenu un composant reconnu sur le plan national du pouvoir des médias de masse pour définir et promouvoir la “marque” de l’Empire britannique avec la publication en 1933 de son pamphlet The Projection of England. Quand le EMB, agence publicitaire de facto gouvernementale, s’est dissoute en 1933, Tallents a utilisé son influence pour sécuriser le transfert de l’EMB Film Unit sous contrôle du GPO. John Grierson a transitionné de la la tête de la EMB Film Unit à la tête de la GPO Film Unit, emmenant la majeure partie de son équipe, dont Basil Wright, Harry Watt et Alberto Cavalcanti.

À l’époque, le GPO employait pratiquement 250 000 personnes et contrôlait l’infrastructure des téléphones et des médias de Grande-Bretagne. Durant les années 1920 et 1930, le GPO a étendu ses efforts publicitaires pour vendre plus de téléphones et promouvoir de nouveaux services comme les renseignements. Tallents a utilisé sa position pour polir l’image publique du GPO via un effort de relooking énorme, dont un nouveau logo et des documentaires produits par la Film Unit. Par la suite, le GPO a dépensé plus dans la publicité que n’importe quelle autre entité gouvernementale de l’époque, avec une part importante de son budget allouée à la Film Unit. Bien qu’ostensiblement conçus pour éduquer le public à propos des services du GPO, comme avec le film de 1933, The Coming Of The Dial, les films du GPO étaient également grandement conçus pour repousser la privatisation et promouvoir une impression positive du Post Office et de ses employés.

Night Mail, en plus de servir de visage public d’un système postal moderne et fiable, avait également été créé pour booster le moral bas des employés postaux. Malgré une croissance des profits à la fin des années 1920, en 1936, les salaires réels étaient descendus de 3% pour les employés du GPO principalement ouvriers. Le Trade Disputes et le Trade Unions Act avait grandement réduit le pouvoir du syndicat postal, et la Grande Dépression a nourri une humeur générale de pessimisme de part le monde. Avec Night Mail, Watt, Wright, Grierson et d’autres artistes de la Film Unit d’esprit libéral se sont concentrés non seulement sur la toute dernière efficacité du système postal, mais sa dépendance à ses employés honnêtes et industrieux.

Malgré ses nombreux succès critiques, le budget relativement limité de la GPO Film Unit ainsi que les termes défavorables pour les courts métrages documentaires sous le Cinematograph Films Act de 1927, qui exigeait que les cinémas britanniques présentent un quota minimum de longs métrages britanniques, condamnant finalement la GPO Film Unit. Les films de l’unité ne pouvaient rivaliser avec les films commerciaux, et l’estimation sceptique par le Trésor de sa valeur. L’unité s’est dissoute en 1940 et s’est reformée sous le nom de Crown Film Unit sous la direction du ministère de l’information.

Le 14 mai 2014, le film a été l’un de ceux choisis pour être commémorés sur une planche de timbres de la Royal Mail représentant des films de la GPO Film Unit notables.

John Grierson et de nombreux autres membres proéminents de la GPO Film Unit ont continué leur travail dans le film documentaire à la fois au Royaume-Uni et à l’étranger. Grierson a par la suite été nommé “la personne la plus responsable pour le documentaire comme les orateurs anglais l’ont connu”. Night Mail lui-même est parfois considéré comme l’apothéose du travail collaborateur des géants des films du GPO, ode bien-aimé et pratiquement unique à la Royal Mail, le peuple britannique, et les possibilités créatives des films “d’actualité”.

Source : Wikipedia EN

Vidéo :

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *