Waltz For George

Disponible sur :

Description :

Waltz For George est un morceau très personnel et émouvant et peut-être celui qu’ils ont le moins joué sur scène. Et pour cause : il s’agit d’un hommage à George Willgoose, le grand oncle de J. Willgoose, Esq., décédé durant la Bataille de Dunkerque. Il joue ici le banjolele (sorte de croisement entre un banjo et un ukulélé) de son grand oncle, dont il venait de faire l’acquisition. Le film samplé ici est Listen to Britain, émouvant récit de la guerre par Humphrey Jennings.

Paroles :

For days and nights, ships of all kinds have flied to and fro across the channel under the fierce onslaught of the enemy’s bombers
Utterly regardless of the perils, to bring out as many as possible of the trapped BEF
There was every kind of ship that I saw coming in this morning
And every one of them was crammed full of tired, battlestained and bloodstained British soldiers
Soon after dawn this morning, I watched a warship steaming in
One that listed heavily to port under the enormous load of men she carried on her decks
Transport officers counted the men as they came ashore
No question of units
No question of regiments
No question of even nationality
For there were French and Belgian soldiers who fought side by side with the British at the battle of Flanders
All of them were tired
Some were completely exhausted
Another man, with eyes heavy with sleep, who limped along on painful feet because his boots hadn’t been off for five days
And at his bag, a ukulele dangled from his haversack
But he still had enough kick in him to ask the sergeant for a seat facing the engine when he got to the train
Another man told me about how he’d been on the beach in Dunkirk for three days with hundreds of his comrades waiting for a boat
Embarkation was often difficult because of fear of being bombed and the ships could not get close enough in
So they joined the ships in boats
And paddled in the water some of the way
As each ship came in the army doctors at the port would shout out to the captain on the bridge to ask for the number of wounded
And in a few minutes the ambulances and the stretchers would be alongside to bring them off and take them to the waiting hospital trains in the station
The organisation of the port was excellent
The ships were being unloaded at an astonishing speed
On the station, I watched the men climb onto the long waiting trains
It was astonishing to walk along carriage after carriage full of soldiers, and to find in each one, silence
And so the men of the BEF came home

* * *

Valse pour George

Pendant des jours et des nuits, des bateaux de toutes sortes ont tourné sur la Manche sous la féroce charge des bombardiers de l’ennemi
Oubliant complètement les périls, libérer autant que possible les BEF pris au piège
Il y avait toutes sortes de vaisseaux que j’ai vu venir ce matin
Et chacun était plein à craquer de soldats britanniques fatigués, couverts de traces de batailles et de sang
Peu après l’aube ce matin-là, j’ai vu un navire de guerre qui s’avançait
Un qui gitait lourdement vers le port sous l’énorme charge des hommes qu’il portait sur ses ponts
Les officiers des transports comptaient les hommes tandis qu’ils débarquaient
Pas question d’unité
Pas question de régiment
Pas même question de nationalité
Car il y avait des soldats français et belges qui avait combattu côte à côte avec les Britanniques durant la Bataille des Flandres
Tous étaient fatigués
Certains étaient complètement épuisés
Un autre homme, les yeux pleins de sommeil, qui boitait sur des pieds douloureux parce qu’il n’avait pas retiré ses bottes depuis cinq jours
Et dans son dos, un ukulélé pendait à son sac
Mais il y avait encore assez de force en lui pour qu’il demande un siège qui faisait face au moteur quand il est monté dans le train
Un autre homme m’a dit comment il avait été sur la plage de Dunkerque pendant trois jours avec des centaines de ses camarades à attendre un bateau
L’embarquement était souvent difficile à cause de la peur de se faire bombarder et les bateaux ne pouvaient s’approcher assez
Alors ils rejoignaient les bateaux en canoés
Et pagayaient dans l’eau
Tandis que chaque bateau venait, les docteursde l’armée dans le port criaient au capitaine sur le pont pour demander le nombre de blessés
Et en quelques minutes les ambulances et les civières étaient là pour les emmener dans les trains hospitaliers qui les attendaient à la gare
L’organisation du port était excellent
Les bateaux étaient déchargés à une vitesse incroyable
À la gare, j’ai regardé les hommes monter à bord des trains qui attendaient longtemps
C’était incroyable de marcher le long wagon après wagon pleins de soldats, et de trouver dans chacun, le silence
Et ainsi les BEF sont rentrés chez eux

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *