Bristol Post 24 avril 2015

Public Service Broadcasting. O2 Academy, Bristol
Mike Norton 5/5

Il y a eu tellement de moments de beauté sublime durant cette performance stellaire que c’est quasiment impossible d’en choisir un. Mais, pour moi, le clou est arrivé juste à la moitié quand les deux chanteuses du groupe talentueux de première partie, les Smoke Fairies, sont revenues sur scène pour chanter Valentina.

Ce n’est pas une chanson compliquée. Un roulement de tambour intelligent et sautillant. Un arpège plaintif conçu sur une guitare de l’espace. Une vague de remblai électronique. Et les deux femmes chantant le mot “Valentina” entre elles. Mais la somme de ces parties était simplement splendide – poignante, envolée et hypnotisante. Quand la chanson s’est finie et que les applaudissements se sont tus, le public comble de l’O2 Academy semblait quasiment réduit au silence sous le choc. Et puis une femme vers le fond a dit : “Votre groupe est génial”. Elle ne l’a pas crié. Elle l’a juste dit assez fort. Et elle a parlé pour tout le monde ici.

Public Service Broadcasting ont parcouru beaucoup de chemin depuis leur dernière fois à Bristol en novembre 2013. Avec un seul album à leur actif, je me demandais alors si leur idée de créer des chansons autour de samples de films d’information des années 1940 et 1950 était viable. Le second album de cette année, The Race For Space – qui prend des samples des programmes spatiaux américain et russe des années 1960 – a prouvé que ce l’est.

Sur scène, il n’y a que quatre membres du groupe. Le “leader” et virtuose musical J Willgoose esq (qui ne chante ou ne parle pas), le superbe batteur Wrigglesworth, l’expert audio-visuel Mr B (inventeur d’un Spoutnik miniature qui s’est élevé de la scène durant le set) et le nouveau membre JFAbraham aux percussions, à la basse et au bugle. Il y a eu aussi l’apparition surprise d’une section de cuivres sur quelques morceaux.

De manière intéressante, l’âge moyen du public (probablement des quarantenaires et plus) était considérablement plus élevé que celui du groupe lui-même. C’est probablement pourquoi, malgré les rythmes effrénés de nombreuses chansons, il n’y a pas eu de pogo, aucune exubérance devant. Au pire, j’ai vu des hochements de tête répandus et enthousiastes.

Le mélange intelligent du groupe de voix et d’images du passé avec des instruments live et une kyrielle de technologie musicale moderne est une formule distincte et gagnante. Mais ils sont drôles, aussi – utilisant des samples pour parler au public, nous disant à un moment de nous calmer.

Certaines des chansons les plus anciennes sont rapidement devenues des piliers – Night MailThe Now GenerationTheme From PSB et If War Should Come ont toutes été très bien reçues. Et les applaudissements les plus forts de la nuit ont été réservés à Spitfire et Everest – apogée d’un tour de force absolu de rappel.

Mais GagarinGo! et The Other Side extraites du nouvel album étaient également magnifiques.

Assez simplement, nous regardions un groupe au sommet de son art. Quelques fois durant le set, les membres se sont envoyés des sourires. Ce qu’ils font est excellent. Et ils le savent.

Traduction – 11 mars 2017

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *