Live

Prog | December 2018

Public Service Broadcasting

Venue | Royal Albert Hall, London
Date | 01/11/2018

If Public Service Broadcasting have sometimes suggested an air of fusty academia, all history lessons and libraries, tonight’s the night they shake that off. Reaching a career pinnacle by selling out the Royal Albert Hall, they fill it with colour, physicality and even a dash of showbiz. By the time the brass section in gold sequinned jackets are gyrating downstage with two extras in astronaut suits, exhorting the audience to dance, there’s no denying it: PSB are fun. Intelligent, innovative and atmospheric, but also emotive and exciting. They’re the little band that got big fast, but they’re using the G-force to their advantage.

With tracks that marry krautrock-electronica instrumentals to astutely judged samples capturing the heroism and drame of mountain-climbing, space travel and the fall of the South Wales mining industry, they’re not, on paper, a party band. Yet people have caught on to the adrenaline rush inherent in their sonic stories. ‘A climber climbs with his guts, his brain, his soul and his feet’, declares Everest. The band have realised the brain can’t make the summit alone, so they’ve kept rising. Tonight’s show simmers, then soars.

Diffident fulcrum J Wilgoose Esq plays guitars like Michael Rother and keyboards like OMD, while the rhythm section of drummer Wrigglesworth and bassist (and multi-instrumentalist) JF Abraham bring flesh and blood to the high concepts. Abraham is key to the visual element, his highly mobile enthusiasm a bridge to the crowd. Sure, the films (with relevant topics, from space modules to miners’ wives) and lighting are impressive, but to see musicians playing and hitting stuff gives the mood a heat you wouldn’t get with anonymous tweakers standing behind laptops. There’s a string section and intermittent cameos, ensuring the Chemical Brothers-style electronic backdrops support rather than swallow the humanity. Given that PSB’s chosen themes regard the best aspects of humanity – courage, nobility, resilience – that’s shrewd.

White Star Liner, from the invigorating new EP concerning the Titanic, gets a London debut. Otherwise, the set swoops between favourites, from Every Valley to Sputnik to Spitfire. Tracyanne Campbell sings Progress, Haiku Salut perform They Gave Me A Lamp and Lisa Jên joins a bashful Wilgoose for the incongruous ballad duet You + Me.

Everyone’s up and air-punching for the climax of The Other Side and Go. Clearly a rush for the incredulous South London band, it’s been an inspiring, motivating night, co-opting the daring of the space race protagonists and the steadfast pathos of the neglected Welsh communities. Then, as the ensemble departs, the Beaufort Male Choir bestride the stage to sing Take Me Home, and we learn how many coals it takes to fill the Albert Hall. Not a dry eye in the house. We’ve been taken to the other side.

Chris Roberts

Prog | décembre 2018

Public Service Broadcasting

Lieu | Royal Albert Hall, Londres
Date | 01/11/2018

Si Public Service Broadcasting ont parfois suggéré un air de monde universitaire qui sent le renfermé, tout en cours d’histoire et bibliothèques, ce soir, c’est le soir où ils se défont de tout cela. Atteignant un apogée de carrière en vendant le Royal Albert Hall à guichets fermés, ils le remplissent de couleur, de réalité physique et même d’une pointe de showbiz. Au moment où la section de cuivres aux vestes en sequins dorés tournoie sur scène avec deux figurants vêtus de costumes d’astronautes, encourageant le public à danser, on ne peut nier que PSB sont marrants. Intelligents, innovateurs et atmosphériques, certes, mais également sensibles et formidables. C’est le petit groupe qui est devenu rapidement grand, mais ils utilisent le G à leur avantage.

Avec des morceaux qui marient des instrumentales krautrock-electronica à des samples astucieusement jaugés capturant l’héroïsme et le drame de l’escalade, du voyage dans l’espace et du déclin de l’industrie minière du Sud du Pays de Galles, ils ne sont pas, sur le papier, un groupe de fêtards. Pourtant les gens ont saisi la poussée d’adrénaline inhérente à leurs histoires sonores. “Un grimpeur grimpe avec son ventre, son cerveau, son âme et ses pieds”, déclare Everest. Le groupe s’est rendu compte que le cerveau ne peut atteindre le sommet seul, alors ils ont continué à monter. Le concert de ce soir bouillonne, puis s’envole.

Le point d’appui réservé J. Willgoose, Esq. joue de la guitare comme Michael Rother et du clavier comme OMD, tandis que la section rythmique du batteur Wrigglesworth et du bassiste (et multi-instrumentaliste) JF Abraham apporte de la chair et du sang aux grands concepts. Abraham est la clé de l’élément visuel, son enthousiasme grandement mobile un pont vers le public. Il est certain que les fims (avec des sujets pertinents, de modules spatiaux aux femmes de mineurs) et les lumières sont impressionnants, mais voir des musiciens jouer et frapper des choses donne à l’humeur une chaleur qu’on n’aurait pas avec des anonymes qui tripotent des ordinateurs. Il y a une section à cordes et des caméos intermittents, assurant une toile de fond électronique à la Chemical Brothers sans absorber l’humanité. Étant donné que les thèmes choisis par PSB concernant les meilleurs aspects de l’humanité – le courage, la noblesse, la ténacité – c’est malin.

White Star Liner, extrait du nouvel EP revigorant à propos du Titanic, est joué pour la première fois à Londres. Sinon, le set zappe entre les favoris, de Every Valley à Spitfire en passant par Sputnik. Tracyanne Campbell chante sur Progress, Haiku Salut apparaissent sur They Gave Me A Lamp et Lisa Jên Brown rejoint un timide Willgoose pour le duo ballade incongru You + Me.

Tout le monde lève le bras et bat de l’air pour le grand moment de The Other Side et Go!. Clairement une montée pour l’incrédule groupe du Sud de Londres, cela a été une soirée inspirante et motivante, récupérant l’audace des protagonistes de la course à l’espace et le pathos inébranlable des communautés galloise négligées. Puis, alors que l’ensemble s’en va, le Beaufort Male Choir enfourche la scène pour chanter Take Me Home, et nous apprenons combien de charbon il faut pour remplir l’Albert Hall. Tout le monde a les larmes aux yeux. Ils nous ont emmenés de l’autre côté.

Chris Roberts

Traduction : 26 janvier 2022

Prog | September 2018

Bluedot Festival

Venue | Jodrell Bank, Cheshire
Date | 19-22/07/18

[…]

Earlier in the evening on the main stage, Public Service Broadcasting deliver the goods, dedicating Theme From PSB to Bernard Lovell and his famous landmark. Their set is equally weighted between songs from latest album Every Valley and the more site-friendly The Race For Space. Perhaps unsurprisingly, the biggest crowd-pleasers come from the latter: the jubilant Go! and the brass-heavy pump of Gagarin.

[…]

Rob Hughes

Prog | septembre 2018

Bluedot Festival

Lieu | Jodrell Bank, Cheshire
Date | 19-22/07/18

[…]

Plus tôt dans la soirée sur la scène principale, Public Service Broadcasting répond aux attentes, dédicaçant Theme From PSB à Bernard Lovell et son monument célèbre. Leur set est également réparti entre les chansons de leur dernier album Every Valley et le plus adapté au lieu The Race For Space. Peut-être sans surprise, les chansons qui plaisent le plus au public sont extraites de ce dernier : Go!, débordant de joie, et Gagarin et ses cuivres prononcés.

[…]

Rob Hughes

Traduction : 26 janvier 2022

The Bristol Post | 24 April 2015

REVIEW: Public Service Broadcasting, Bristol O2 Academy by Mike Norton 5/5

There were so many moments of sublime beauty during this stellar performance that it’s almost impossible to pick one out. But, for me, the highpoint came just over half-way through when the two singers from able support act The Smoke Fairies came back on stage to sing Valentina.

It’s not a complicated song. A clever, skippy drumbeat. A plaintive arpeggio picked out on a spacey guitar. A wash of electronic backfill. And the two women singing the word « Valentina » between them. But the sum of these parts was simply splendid – poignant, soaring and hypnotic. When the song finished and the cheering had died down, the packed O2 Academy audience seemed almost stunned in to silence. And then a woman near the back said: « Your band is brilliant ». She didn’t shout it. She just said it quite loudly. And she spoke for everyone there.

Public Service Broadcasting have come a long way since they were last in Bristol in November 2013. With one album under their belt, I wondered then if their idea of creating songs around samples from information films from the 40s and 50s was sustainable. This year’s second album The Race for Space – which takes samples from the US and Russian space programmes of the 60s – has proved that it is.

Live, there are just four band members. « Frontman » and musical virtuoso J Wildgoose esq (who neither sings nor talks), superb drummer Wrigglesworth, audio-visual expert Mr B (inventor of a model sputnik that rose from the stage during the set) and new member J F Abraham on percussion, bass and flugelhorn. There was also the surprise appearance of a brass section for a couple of numbers.

Interestingly, the average age of the audience (probably 40-plus) was significantly older than that of the band itself. That’s probably why, despite many of the songs’ driving beats, there was no mosh pit, no excessive exuberance at the front. At the most, I saw widespread and enthusiastic head-nodding.

The band’s clever blend of voices and images from the past with live instruments and a host of modern music technology is a distinctive and winning formula. But they’re funny, too – using samples to talk to the audience, telling us at one point to « simmer down ».

Some of the older songs have quickly become stalwarts – Night MailThe Now GenerationTheme from PSB and If War Should Come all went down well. And the biggest cheers of the night came for Spitfire and Everest – the climax of an absolute tour-de-force encore.

But Gagarin, Go! and The Other Side from the new album were also magnificent.

Quite simply, we were watching a band at the top of its game. A couple of times during the set, the members flicked smiles at each other. What they’re doing is brilliant. And they know it.

The News | 27 avril 2015

Chronique : Public Service Broadcasting à The Pyramids Centre de Southsea

Il n’y a vraiment personne en ce moment qui ressemble à Public Service Broadcasting

Ressemblant à un professeur des années 1950 – veste en tweed, nœud papillon et grosses lunettes – J Willgoose Esq, est le leader apparent. Mais le multi-instrumentaliste ne parle qu’à travers des samples vocaux à partir de son ordinateur ce qui donne l’impression de discuter avec une Dictée Magique, tandis que son faire-valoir Wrigglesworth laisse sa batterie parler et le nouvel homme JF Abraham ajoute de la basse et de la trompette.

Avec un nouvel album focalisé sur la course à l’espace, leur son rétro-futuriste raconte l’histoire des années 1957 à 1972, utilisant des images d’archives des moments clés. Dans l’arène live, cela se traduit également par des images vidéo de l’époque diffusées sur de grands écrans et des piles de téléviseurs cathodiques sur les côtés de la scène.

Sans mentionner la réplique de Spoutnik qui s’élève au dessus de la scène et qui a distinctivement plus de LED claquantes que le satellite soviétique original.

Les clous incluent le groupe de première partie, les Smoke Fairies de Chichester, qui revient sur scène pour interpréter sa partie sur Valentina, et la salle plongée dans l’obscurité durant The Other Side, qui raconte l’histoire de Apollo 8, le premier vaisseau habité à tourner autour de la Lune.

Au moment du rappel, nous avons une section de cuivres de trois hommes sur scène, J a revêtu une veste argentée brillante (mais il nous assure qu’il a toujours le tweed en dessous) et il y a même un astronaute qui danse. Gagarin est le morceau le plus funky qu’ils aient enregistré en date, mais le final d’une plus vieille chanson, Everest, emmène les choses vers un nouveau sommet.

PSB créent l’hommage musical le plus incroyable à l’entreprise humaine. Si vous en avez l’opportunité, allez les voir.

Chris Broom

Traduction : 28 mars 2017

The Bristol Post | 24 avril 2015

Public Service Broadcasting. O2 Academy, Bristol
Mike Norton 5/5

Il y a eu tellement de moments de beauté sublime durant cette performance stellaire que c’est quasiment impossible d’en choisir un. Mais, pour moi, le clou est arrivé juste à la moitié quand les deux chanteuses du groupe talentueux de première partie, les Smoke Fairies, sont revenues sur scène pour chanter Valentina.

Ce n’est pas une chanson compliquée. Un roulement de tambour intelligent et sautillant. Un arpège plaintif conçu sur une guitare de l’espace. Une vague de remblai électronique. Et les deux femmes chantant le mot “Valentina” entre elles. Mais la somme de ces parties était simplement splendide – poignante, envolée et hypnotisante. Quand la chanson s’est finie et que les applaudissements se sont tus, le public comble de l’O2 Academy semblait quasiment réduit au silence sous le choc. Et puis une femme vers le fond a dit : “Votre groupe est génial”. Elle ne l’a pas crié. Elle l’a juste dit assez fort. Et elle a parlé pour tout le monde ici.

Public Service Broadcasting ont parcouru beaucoup de chemin depuis leur dernière fois à Bristol en novembre 2013. Avec un seul album à leur actif, je me demandais alors si leur idée de créer des chansons autour de samples de films d’information des années 1940 et 1950 était viable. Le second album de cette année, The Race For Space – qui prend des samples des programmes spatiaux américain et russe des années 1960 – a prouvé que ce l’est.

Sur scène, il n’y a que quatre membres du groupe. Le “leader” et virtuose musical J Willgoose esq (qui ne chante ou ne parle pas), le superbe batteur Wrigglesworth, l’expert audio-visuel Mr B (inventeur d’un Spoutnik miniature qui s’est élevé de la scène durant le set) et le nouveau membre JFAbraham aux percussions, à la basse et au bugle. Il y a eu aussi l’apparition surprise d’une section de cuivres sur quelques morceaux.

De manière intéressante, l’âge moyen du public (probablement des quarantenaires et plus) était considérablement plus élevé que celui du groupe lui-même. C’est probablement pourquoi, malgré les rythmes effrénés de nombreuses chansons, il n’y a pas eu de pogo, aucune exubérance devant. Au pire, j’ai vu des hochements de tête répandus et enthousiastes.

Le mélange intelligent du groupe de voix et d’images du passé avec des instruments live et une kyrielle de technologie musicale moderne est une formule distincte et gagnante. Mais ils sont drôles, aussi – utilisant des samples pour parler au public, nous disant à un moment de nous calmer.

Certaines des chansons les plus anciennes sont rapidement devenues des piliers – Night MailThe Now GenerationTheme From PSB et If War Should Come ont toutes été très bien reçues. Et les applaudissements les plus forts de la nuit ont été réservés à Spitfire et Everest – apogée d’un tour de force absolu de rappel.

Mais GagarinGo! et The Other Side extraites du nouvel album étaient également magnifiques.

Assez simplement, nous regardions un groupe au sommet de son art. Quelques fois durant le set, les membres se sont envoyés des sourires. Ce qu’ils font est excellent. Et ils le savent.

Traduction : 11 mars 2017

Wales Online – 27 novembre 2015

Public Service Broadcasting remplissent leurs devoirs avec un génie entraînant
4/5

Pour les non-initiés, Public Service Broadcasting peuvent apparaître un peu comme une énigme.

Ce n’est certainement pas votre groupe habituel, dans le sens où ils n’ont pas de chanteur à vrai dire, préférant utiliser une combinaison bizarre de vieilles images de films d’actualité, des films d’information publique, comme le suggère leur nom, plus tout un tas de bizarrerie geek, le tout mélangé pour mettre en valeur un méli-mélo technologique et électronique assez divers.

Se composant des curieusement nommés J. Willgoose, Esq. à la guitare et aux claviers et de Wrigglesworth à la batterie, ce duo basé à Londres a créé un son et un look assez uniques qui sont à la fois innovants et inspirants avec leur fusion d’ancien et du très nouveau.

C’était un régal de voir un banjo et un bugle aux côtés d’une collection de claviers et c’était ce contraste et ce mélange éclectique qui éblouissait et étonnait à la fois.

Assistés et soutenus par la section de cuivres occasionnelle et le talentueux JF Abraham à la basse, aux claviers, aux percussions et au susmentionné bugle ainsi que Mr B en charge des visuels tout aussi impressionnants d’un âge principalement révolu, donnant à la soirée un côté années 1950 désuet.

Avec la seule interaction verbale entre le groupe et le public étant une voix générée par ordinateur samplée à la Stephen Hawking déclenchée par un pad, le groupe a certainement mis en valeur son image mais de manière ironique.

Leur apparence d’intello s’avérant trompeuse tandis qu’ils se mettent à créer un mélange goûteux de funk entraînant et d’électronica pop.

De leur intro décontractée en un Sputnik pulsatif, c’était des choses assez passionnées jouées dans une bonne humeur qui a ravi la foule compacte, avec Go! extrait de leur dernier album The Race For Space gardant la vitesse et le public sautant.

Cependant, c’était Everest, vers la fin, avec des images saisissantes en noir et blanc de Hillary et Tenzing accompagnant parfaitement la grande musique qui a fourni le clou de la soirée et de manière véritablement novatrice, un drapeau fermement placé sur un pic musical.

Tony Woolway

Traduction : 8 février 2017

South Wales Argus | 27 novembre 2015

Public Service Broadcasting – Cardiff University

Il était approprié que Public Service Broadcasting aient choisi de faire leur retour gallois à l’université de Cardiff jeudi dernier.

La musique qui a pour but de donner des leçons du passé via la dextérité moderne a été chaleureusement accueillie par le public – tapageur dans leur révérence – du groupe conceptuel.

Le duo londonien a lancé sa tournée britannique, tronquée pour raisons personnelles, avec style – apportant ses transmission audio-visuelles typiques à la capitale galloise.

Constitué du multi-instrumentaliste J. Willgoose, Esq. et du batteur/percussionniste Wrigglesworth, une cavalcade musicale de genres différents s’en est ensuit – ainsi que des thèmes.

Leur album le plus récent, The Race For Space, couvre tout naturellement l’ascension de l’humanité vers les étoiles mais le duo n’a pas peur de pousser les frontières du temps ainsi que de l’espace.

Les moments historiques apparaissaient au premier plan des performances, de la livraison du courrier par trains à vapeur au flegme montré par la Grande-Bretagne durant le Blitz en passant par les courses d’endurance de patinage de vitesse aux Pays-Bas.

Ce qui est le plus plaisant chez cette cacophonie de lumières et de sons, c’est la variété présente dans la performance – une fusion de synthés, banjos et images d’archives avec la base batterie/guitare de la musique moderne.

Le duo, qui ressemble à deux professeurs d’histoire retrouvés abandonnés dans le département musique de toute école secondaire, est une force sur laquelle compter pour les aventures ouvertes à sa musique.

Steven Prince

Traduction : 15 novembre 2016

eGigs.co.uk | 30 novembre 2015

Public Service Broadcasting (PSB) ont commencé à transmettre en 2010 en tant que collaboration entre J. Willgoose, Esq (Samples, guitare) et Wrigglesworth (Batterie). Ce qu’ils ont concocté, c’était un mélange homogène de funk et d’électronica entrecoupé de samples vocaux de films d’information publique et autres diffusions historiques. Ils se sont formellement présentés en 2013 avec l’arrivée du premier album Inform-Educate-Entertain. La question était, pourraient-ils entretenir cette approche unique à la musique et l’écriture ? Ou s’avérerait-elle être un intérêt éphémère à la girouette ? La sortie de leur second album The Race For Space (2015) a prouvé que le duo était assez preste pour consolider et construire sur ce qu’ils avaient déjà atteint. Après une saison festivalière chargée, ce soir ils reviennent à Cardiff au début de leur première grande tournée en tête d’affiche.

La courte animation qui passe à l’écran juste avant le début du concert est un coup de génie. Elle parle en gros des horreurs qui arrivent à un personnage fictif que tout le monde fuit en conséquence de son comportement anti-social à filmer un concert entier sur son téléphone. Son décès éventuel est accueilli par une vague d’applaudissements.

Tandis que PSB montent sur scène, à moins que je ne sache plus compter, le duo a doublé. Sans doute pour affronter les challenges de la reproduction des complexités de leurs enregistrements dans un environnement live. Il est inutile de dire qu’ils ont tous le look de l’emploi dans une sorte de chic geek. Un Signal 30 exubérant est envoyé tôt dans le set prenant ainsi le public dans leurs mains. Comme quiconque ayant vu PSB live le saura, le groupe utilise de manière assez divertissante des samples vocaux comme plaisanterie entre les chansons. Nous avons tout d’un “hello Cardiff” à beaucoup de “simmer down” (“du calme !”) qui est livré pour plaisanter. Comme on pouvait s’y attendre, et tandis que le set progresse, nous entendons des extraits de leur dernier album. Tous sont chaleureusement accueillis, du sombre Sputnik à l’électrisant Go qui pousse le public à chanter en chœur. La vitesse s’accélère encore plus avec un effréné Spitfire, c’est à des moments comme celui-ci qu’ils semblent intouchables. Je ne sais pas si c’est intentionnel, mais c’est le multi-instrumentaliste J J Adams qui vole la vedette avec sa prestation sociable paraissant aimer (et savourer) chaque moment.

Comme c’est la coutume pour la plupart des groupes live, après une courte intervalle, nous accueillons à nouveau PSB sur scène pour un rappel. Aussi ordinaires que sont les rappels, celui-ci semble être un geste  très approprié de la part du groupe pour tout le soutien que les fans leur ont donné ce soir. Les rangs de PSB gonflent à nouveau alors qu’ils sont rejoints par une section de cuivres de 3 hommes pour gonfler à bloc Gagarin où je me retrouve brusquement au milieu de ce que je pourrais au mieux décrire comme une fête funkadélique. C’est un moment simplement joyeux, et pour en rajouter à l’exubérance sur scène se trouve un astronaute dansant avec des pas de ouf ! Il est clair que moi, le public et PSB sommes tous sur la même fréquence. Ce qui est également apparent, c’est que Public Service Broadcasting existent dans un univers de possibilités infinies, et j’ai hâte d’en explorer chacune.

Kevin Pick

Traduction : 26 décembre 2016