Albums

The Sunday Times | 9 July 2017

Public Service Broadcasting
Every Valley
Pias

The decline of the Welsh mining industry doesn’t sound like a pop topic, but in the hands of a band whose albums have explored the space race and inventions including colour TV, it provides inspiration. The sample-centric Londoners raid the archives for footage (Richard Burton’s booming voice included) to tell a stirring community tale via disco, broody post-rock, jittery electro and beguiling folk. James Dean Bradfield and Camera Obscura’s Tracyanne Campbell guest alongside a male-voice choir, colliery brass and sumptuous strings.

LV

Uncut | March 2015

Public Service Broadcasting
The Race For Space
Test Card Recordings 7/10

Corduroy-clad duo ditch the kitsch and look to the skies

If Public Service Broadcasting’s last album created Avalanches-style musical collages, blending public information film samples with banjos and beats, the London duo’s second LP is a more focused effort, concentrating on man’s adventures in space. This is no retro-kitsch novelty but a gripping tribute to an extraordinary period in history, much of it drawn from the BFI archive and filtered through Jean-Michelle Jarre-style electronica (“Sputnik”), ’70s soul-funk (“Gagarin”) and, on “Valentine”, a hymn to the first woman in space, post-rock. Rich and evocative, The Race For Space is the sound of two young men gazing heavenwards and dreaming.

Fiona Sturges

The Sunday Times | 9 juillet 2017

Public Service Broadcasting
Every Valley
Pias

Le déclin de l’industrie du charbon gallois ne semble pas être un sujet pop, mais dans les mains d’un groupe dont les albums ont exploré la course à l’espace et des inventions telles que la télévision couleur, il fournit de l’inspiration. Les Londoniens centrés sur les samples dévalisent les archives à la recherche d’images (dont la voix retentissante de Richard Burton) pour raconter un récit de communauté émouvant via la disco, le post-rock taciturne, l’électro fébrile et le folk charmant. James Dean Bradfield et Tracyanne Campbell de Camera Obscura apparaissent aux côtés d’une chorale d’hommes, de cuivre de mines et de cordes somptueuses.

LV

Traduction : 29 octobre 2019

The Times | 7 juillet 2017

Public Service Broadcasting – Every Valley

Pias. 4/5

Un petit farceur en ligne a dit de Public Service Broadcasting : “C’est ce qui arrive quand on ne plonge pas assez la tête des mômes du club d’échec dans les toilettes”. C’est une approbation terrible pour tabasser les intellos frêles, mais avec le penchant de PSB pour les samples vocaux vintages sur du rock progressif mordant et leur faiblesse occasionnelle pour les nœuds papillon, cela a un peu de vérité.

Pour leur dernier album en date, le trio londonien se tourne vers l’histoire de l’exploitation minière au Pays de Galles pour l’inspiration ; la voix maltée de Richard Burton ouvre l’album, louant “la démarche arrogante des seigneurs du front de taille”. À partir de là, c’est un voyage au travers les jours de gloire, les challenges et la mort éventuelle de l’industrie minière.

L’électro-pop Progress oppose la chanteuse invitée Tracyanne Campbell à des voix célébrant la technologie qui a mécanisé l’exploitation minière ; All Out comprend des guitares violentes sous les histoires orales de la grève des mineurs de 1984 ; et la poignante et larmoyante Mother Of The Village accepte la fin d’une tradition vieille de plusieurs siècles.

Take Me Home, sur laquelle le Beaufort Male Choir offre une éloge funèbre stoïque à la vie de villagen referme une unique proposition : un album concept sur la dignité du travail.

Traduction : 20 juillet 2019

Uncut | mars 2015

PUBLIC SERVICE BROADCASTING The Race For Space
Test Card Recordings 7/10

Le duo vêtu de velours côtelé abandonne le kitsch et regarde vers les cieux

Si le dernier album de Public Service Broadcasting a créé des collages musicaux à la Avalanches, mélangeant des samples de films d’information publique avec des banjos et des rythmes, le deuxième LP du duo londonien est un effort plus focalisé, se concentrant sur les aventures de l’homme dans l’espace. Ce n’est pas une nouveauté rétro-kitsch mais un hommage saisissant à une période extraordinaire de l’histoire, la plupart tiré de l’archive BFI et filtré dans de l’électronica style Jean-Michel Jarre (Sputnik), de la soul funk des années 1970 (Gagarin) et, sur Valentina, hymne à la première femme dans l’espace, du post-rock. Riche et évocateur, The Race For Space est le son de deux jeunes hommes contemplant les cieux en rêvant.

Fiona Sturges

Traduction : 28 janvier 2016

MOJO | mai 2013

PUBLIC SERVICE BROADCASTING **** Inform – Educate – Entertain Test Card. CD/LP

Le duo londonien qui secoue l’histoire font une descente dans les archives

Quand ils jouent live, Public Service Broadcasting ont un ordinateur pour faire des annonces sur scène ; mais à la place d’une voix robotique froide, c’est un présentateur simulé en Received Pronounciation qui dit au public qu’ils sont beaux. Tel est le monde reithien hors du temps du groupe, que le leader, J. Willgoose, a envisagé quand il a sauté sur les films d’information publiques du BFI. Recouvrir du post-rock et de l’électro adrénalisés de dialogues samplés de films des années 1930 à 1950 pourrait sembler être une prémisse sèche, mais il y a un transport étrange et saisissant à avoir dans ces voyages imaginatifs concernant grimper le Mont Everest, le Spitfire qui a massacré la Luftwaffe et, dans le morceau de Kraftwerk dans la cabane du jardin au banjo entraînant, ROYGBIV, les gloires de la science (est-ce que PSB sont poussés par une idée passée mais chaleureuse qui fume la pipe que la virilité semble si démodée qu’elle en est devenue avant-gardiste ?). À ranger avec admiration à côté de British Sea Power et la tendance hantologiste.

Ian Harrison

Traduction – 2 août 2015